Et si on s’évadait ? Depuis chez soi, bien sûr !

Le hatha yoga et moi

Que diriez-vous d’un petit moment d’évasion en pleine nature, en ces temps de confinement ? Je vous invite à un instant détente, que j’ai découvert en me mettant au hatha yoga. Mais tout d’abord, une petite histoire…

yoga

Il y a un peu plus de deux ans maintenant, je poussais la porte d’une MJC. Je tentais, pour la énième fois depuis mon plus jeune âge, de me mettre à une activité physique régulière. Je dois l’avouer, je n’ai jamais été très copine avec le sport. Depuis que je suis gamine, mon truc, c’est la musique. Mais ce jour-là, j’ai eu une révélation. Je savais qu’il allait me falloir des mois et des mois pour gagner un peu de muscles et de souplesse, ou parvenir à faire la chandelle, puis la tenir sans m’écrouler au bout de dix secondes. Mais j’avais déjà envie d’être à la séance suivante. Depuis, j’en fais même entre deux cours, c’est presque devenu aussi important que de jouer de la flûte traversière, c’est dire !

Le hatha yoga, c’est apprendre à faire le plein d’énergie par des exercices de respirations. En ces temps où il faut rester chez soi, il m’arrive régulièrement de commencer la journée sur la terrasse, assise sur ma petite brique de yoga avec un thé et de respirer par le ventre. Juste ça.

Le hatha yoga, c’est aussi enchaîner des postures pour entraîner tous nos petits muscles, même ceux dont on ignorait l’existence, s’assouplir, s’étirer. C’est incroyable le nombre d’animaux que l’on y rencontre : on fait le chat, le chien tête en bas, l’éléphant, le corbeau, le dauphin, le cobra, le lion. Puis vient le temps de la relaxation. Vous venez ?

Allongez-vous sur le dos. Vous pouvez même embarquer les enfants dans l’aventure, en jouant le rôle du conteur. Respirez par le ventre, fermez les yeux. Imaginez-vous au sommet d’une colline, avec un arbre à vos côtés. Sentez la rugosité du tronc sous vos doigts. Écoutez le vent qui vient chatouiller ses branches, observez les petits oiseaux qui viennent s’y poser tout en chantant. Tendez l’oreille, c’est le clapotis de l’eau. Un peu plus bas se trouve un ruisseau. Vous vous y rendez, pieds nus dans l’herbe et vous vous asseyez sur les galets. Sentez l’eau fraîche sur vos mains, profitez-en pour y tremper les pieds. Les rayons du soleil viennent réchauffer votre visage et vous donnent l’impression qu’un arc-en-ciel se forme, contenant toutes vos couleurs préférées. Au loin vous apercevez un petit sentier. Vous décidez d’y aller, en passant par les galets mouillés.

C’est là que je vous laisse. A vous de continuer l’aventure, ou de décider d’y retourner un autre jour, en reprenant conscience de l’endroit où vous vous trouvez et en vous étirant comme un chat. C’est toujours ainsi que l’on termine.

Belles vadrouilles à vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s