Comment rester écolo sans finir dépressif ?

Coup d’coeur lecture de novembre !

Croyez-le ou pas, ce livre est une véritable bouffée d’oxygène,

qui donne envie d’écrire une autre histoire…

Idée lecture !

Pour l’anecdote, j’ai entendu parler de cet ouvrage jute après le premier confinement : « comment rester écolo sans finir dépressif. » Ce titre me parlait, il fallait que j’en sache davantage, j’ai vite couru à la librairie ! C’est ceci dit seulement maintenant, au début de ce deuxième confinement, que je vous en parle, la bonne blague ! Parce qu’il faut bien le dire, d’entrée de jeu, l’auteure nous parle d’une petite bête qui a envahi nos vies : COVID, « ce virus qui constitue l’une des formes de rupture qui vont enrailler ce siècle ». Si vous aussi vous vous sentez une âme de colibri, vous vous y reconnaîtrez forcement à un moment donné. Elle raconte ce que c’est que de « tomber en écologie », à travers son propre parcours mais aussi des témoignages de personnes plus ou moins célèbres pour leur combat écologique. Tomber en écologie ? C’est, comme elle le dit si bien, « emprunter un toboggan vertigineux. On appelle cela vivre un choc, une ouverture de trappe, un saut sans élastique, une dégringolade. On peut aussi dire que tout commence par une bonne claque dans la figure ». Ça vous parle ? Attendez, ce n’est pas fini ! Elle va ensuite décrire tous les sentiments possibles et inimaginables par lesquels on peut être passé et franchement, ça fait du bien de mettre des mots dessus ! Ah, elle va également évoquer la petite bête que nous avons tous dans le cerveau (c’est pas moi, c’est mon striatum), la fameuse ! Elle est d’ailleurs très bien décrite dans « le bug humain », un livre qui fait froid dans le dos… Vous allez devoir toute votre vie lutter contre ce monstre pour rester écolo ! Le meilleur pour moi arrive en seconde partie. Elle nous invite à lâcher prise, à nous tourner vers celles et ceux qui pensent pareil, à créer nos rituels, à remercier, à rire aussi ! A ce propos, connaissez-vous l’histoire de la planète bleue qui rencontre la planète blanche ? A travers sa propre expérience mais aussi celle des autres, elle nous livre une foule de petits conseils, pour rester quand même zen et continuer à faire sa part. Elle nous invite ensuite à agir, à résister localement, évoque le « manifeste étudiant pour un réveil écologique » ou encore la Suite du Monde. Elle nous rappelle que nous sommes après tout des êtres de fiction, évoque à ce sujet le «petit manuel de résistance conteporaine» de Cyril Dion : « dans quels récits collectifs nos actions s’inscrivent-elles aussi petites soient-elles ? » Bref, ce livre m’a fait un bien fou ! Il m’a par moment fait rire, m’a rassurée sur le fait que non, il n’ y a pas que moi qui aie un jour pensé ceci ou cela, il m’a donné envie de rester écolo bien sûr ! Mais surtout, il m’a aidée à relativiser, parce qu’après tout,

« un pommier n’essaie pas d’être un magnolia » !

Un commentaire sur “Comment rester écolo sans finir dépressif ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s