Coup d’coeur ciné : « notre héritage »

nvnbbnfgf

Dix ans après « Home », Yann Arthus-Bertrand nous propose « notre héritage ». Dans ce film, il nous raconte le Kenya tel qu’il l’a connu, il y a quarante ans. Il nous montre les merveilles du monde, nous fait redécouvrir son origine à travers l’histoire des arbres. Que ces forêts sont belles ! Il nous rappelle que l’Homme, né sans griffes, sans cornes, ne sachant ni voler ni courir vite, a dû vivre en communauté, s’entraider, avant même de savoir monter à cheval ou d’élever un mouton. Et puis…

Nous sommes à cinq micro-secondes de minuit. Le charbon a fait son apparition, le pétrole suivra (le temps d’écrire cette phrase, cinq habitants de plus viennent d’arriver sur Terre). Nous venons de basculer de l’énergie des vivants (agriculture et élevage) à l’énergie des morts (fossiles). Ça, ça m’a marquée !

J’ai vu des serres géantes utilisées pour faire pousser des haricots, des HLM abritant non pas des gens mais des cochons. J’ai appris que les abeilles louées en Californie venaient d’Australie ! Mes cheveux se sont dressés sur la tête lorsque j’ai su qu’en 1992, la moitié des forêts mondiales et des glaciers des pôles avaient déjà disparu… Et je ne peux qu’être d’accord lorsque le réalisateur dit que nous sommes une civilisation de déchets : avant même ma naissance, on fabriquait déjà huit millions de tonne de plastiques par an. Yann Arthus-Bertrand insiste sur l’importance de préserver la biodiversité. Nous en dépendons et elle ne s’adaptera pas à des changements trop rapides.

Pour moi, ce film est avant tout un cri du cœur : celui d’un colibri, imparfait peut-être (mais qui ne l’est pas ?) parce qu’il le reconnaît lui-même, il n’a pas toujours été exemplaire. Il nous invite à faire notre part, tout simplement et à nous poser une question. Que voulons-nous laisser comme héritage aux jeunes générations et à celles à venir ? Et j’ajouterai qu’il n’y a pas besoin d’être parents pour se le demander.

Je terminerai par cette phrase, parce que je la trouve criante de vérité: « ce n’est pas la Terre que nous devons faire mourir, c’est notre vision du progrès ».

2 commentaires sur “Coup d’coeur ciné : « notre héritage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s