Mon histoire d’amour avec le plastique (ou comment je cherche à en divorcer)

Je ne saurais pas vous dire exactement quand est-ce que j’ai eu le déclic pour réduire ma consommation de plastique. Mais trois événements m’ont particulièrement marquée. Il y a eu en premier cette conférence, organisée par « la famille presque zéro déchet ». J’y ai appris que ce ne sont pas les arbres qui nous fournissent le plus d’oxygène, mais le plancton. Le problème, c’est qu’à force de remplir l’océan de plastique, on l’étouffe. Et puis ce voyage musical, où j’ai découvert le désert, envahi lui aussi. En rentrant, j’ai davantage appuyé sur le frein pour éviter cette petite bête qui nous envahit depuis un bon demi siècle déjà. Enfin, récemment, j’ai regardé « notre héritage ». Comment vous dire ? En apprenant que malgré le développement des énergies renouvelables, la consommation de barils de pétrole ne cessait d’augmenter, j’ai pensé « Houston, nous avons un problème… » Ceci dit, il faut bien le reconnaître, le plastique est vraiment partout et je tire mon chapeau à celles et ceux qui parviennent à s’en débarrasser totalement. Parce que oui, je l’avoue, les jours de flemmingite aiguë, je suis bien contente d’attraper des gnocchis ou des nuggets végétaux à faire réchauffer. Oui, j’adore les tortillas et le matin,je craque souvent pour des biscottes (à ce propos, pourquoi diable les ingénieurs s’évertuent t-ils à nous mettre ces petits bouts de plastique autour, dites-moi?). Bref, je suis une écolo imparfaite et Monsieur l’est aussi. Mais tout n’est pas perdu ! Je vous les dévoile, mes petits secrets pour éviter de remplir la poubelle (même celle de tri) ?

Il y a deux-trois ans, je me suis lancée dans la chasse aux bidons et dans l’aventure du vrac. Régulièrement, pâtes, riz, farine, cacahuètes et compagnie rejoignent mes contenants réutilisables. Dans ma salle de bain, je suis fière d’avoir le même bidon de lessive depuis Mathusalem ! Je collectionne les sacs en tissu. Mes tiroirs en débordent. Je m’en sers pour 10 000 choses, pour le congélateur, transporter des objets, faire mes courses… D’ailleurs, entre deux tours chez le maraîcher, quand je fais le complément au magasin, je me sens bien seule avec mes sacs… Encore la dernière fois, c’était un océan de plastique, il y en avait dans tous les caddies. Même les bananes et les choux sont emballés avant la pesée ! Et puis, je cuisine le plus souvent possible. Récemment, j’ai découvert une recette de pain de mie, ça fait un plastique en moins. Je l’ai arrangée à ma sauce, sans beurre ni lait, intolérance oblige. Ça nécessite cinq minutes de biscotos top chrono, promis, et beaucoup de temps pour le repos. Je la réessayerai bien avec mon moule à baguettes et en variant les farines, affaire à suivre !

Et vous, vos secrets pour limiter le plastique ?

2 commentaires sur “Mon histoire d’amour avec le plastique (ou comment je cherche à en divorcer)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s