Le coin « lecturécolo » : les catastrophones

Et si l’effondrement, on en parlait avec humour ? C’est l’idée de cette bande dessinée !

L’histoire débute au moment où une pandémie éclate. Ça ne vous rappelle rien ? Elle met en scène un couple qui prend alors conscience que la civilisation peut s’effondrer. Ils nous invitent dans leur quotidien, partagent leurs cauchemars (chérie, j’ai rêvé que tous le monde portait un masque!), leurs états d’âme, leurs solutions pour ce monde d’après, se demandent comment aborder le sujet avec leurs enfants…

C’est drôle, même si parfois c’est de l’humour noir (ou comment régler le problème de la surpopulation). Faire un potager ? Bonne idée, on plantera des pizzas et des kebabs ! Créer une communauté ? Il faudra bien s’entourer. Qui de l’expert de la montée des eaux ou de celui qui sait comment réagir dans n’importe quelle situation leur sera le plus utile ?

De débats en idées un peu folles, ces personnages nous invitent à réfléchir à ce que l’on veut vraiment laisser aux jeunes et futures générations. Parce que quand même, depuis le « rapport Meadows » de 1972* sur les limites de la croissance, de l’eau a coulé sous les ponts. Et déjà à l’époque, pour ses auteurs, nous étions « à bord d’une voiture qui s’était déjà jetée de la falaise ».

J’ai particulièrement aimé leur débat sur le téléphone portable, futur outil de survie : la chute est drôle ! Aborder l’effondrement qui nous guette avec humour ? Voilà une bonne façon de se motiver à l’éviter, non ?

* source : Erwann Menthéour : les chances qu’il nous reste, aux éditions Fayard

Tronchet : les catastrophobes, ed Fluide Glacial Audie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s