Au nom de la terre

Agir pour une agriculture plus raisonnée

Je suis allée voir ces jours-ci « au nom de la terre« .

nom-terre

Tout comme Roxane, mais dans un registre bien différent, ce film évoque les difficultés rencontrées dans le monde agricole et parle d’un sujet plus précis encore dans ce milieu professionnel : la dépression, qui peut mener au suicide. Tous les jours, cela concerne un agriculteur en France. Ce film vous mènera au cœur de la vie d’une famille, tombée petit à petit dans l’engrenage d’un système sans limite. Une scène qui m’a marquée par son absurdité ? Celle où le système automatique pour nourrir les poussins tombe en panne un week-end. Pour l’entreprise payée une fortune, cela ne fait rien, les 8000 bêtes feront régime ! On ne peut qu’avoir envie, en sortant de la salle, de participer à un changement. Pour ça, les solutions commencent à se développer ! Personnellement, j’ai adoré dans mes nouvelles habitudes de consommation deux d’entre elles, qui contribuent à apporter une rémunération plus juste pour les agriculteurs et des aliments de meilleure qualité pour nous !

Ainsi, je suis devenue fan de la marque « c’est qui le patron ?! », créée en 2016. L’idée ? Permettre à chaque consommateur de contribuer au cahier des charges des différents produits proposés et choisir ensemble le prix selon des critères prédéfinis. Ca inspire confiance, non ?

J’adore également « la ruche qui dit oui« . L’aventure a débuté en 2011 sur Toulouse et est aujourd’hui présente dans plusieurs pays. Le principe ? Vous commandez sur le site des produits qui viennent de votre région, différents selon les saisons. Il ne reste plus qu’à aller les récupérer chaque semaine à un endroit donné. Ah, les fromages de brebis aux épices qu’on y trouve, quel régal !

Et puis avec tous ces bons produits, j’invente de nouvelles recettes 🙂 Ma dernière trouvaille ? Des pâtes à la betterave chiogga et au vert de poireaux aux épices italiennes ! Et vous, pour soutenir nos producteurs, comment remplissez-vous votre panier ?

Un « guacamole » à la française

Que faire avec des pois cassés ?

Le weekend dernier était organisée la brocante du Florain, où l’on pouvait trouver une bourse aux instruments de musique, un stand de livres, d’autres d’objets d’occasion ainsi qu’une buvette. Cette dernière proposait des sandwich au houmous et carottes râpées, délicieux ! Je me suis d’ailleurs dit qu’il fallait que je m’en inspire plus souvent pour réaliser mes casse-croûte. Ces jours-ci, une idée m’est venue à ce sujet. Il me restait des pois cassés, que j’avais fait cuire pour une salade composée.

pois.png

Et si je les utilisais en tartine ?

Je les ai donc mixés avec de l’huile d’olive et une cuillère à café de crème de sésame. Croyez-moi, c’est un régal : je sais quoi mettre dans mon prochain sandwich, ou bien à l’apéro !

 

 

 

D’toiles pour les pauvres

Un nouveau logo

IMG_20191007_115721[1]

Je vous présente le nouveau logo de « colibris et compagnie » !

Il m’attendait dans ma boite aux lettres cette semaine, une belle surprise ! Cette peinture a été réalisée par Arthur, à l’origine de la création de l’association « l’aventure d’Arthur : D’toiles pour les pauvres ». A partir de peintures qu’il réalise, il vient en aide aux sans-abris de sa ville.

J’ai trouvé son initiative vraiment chouette et lui ai envoyé un courrier, lui demandant de me peindre le nouveau logo du blog : un colibri bien sûr ! Et si vous voulez découvrir l’aventure d’Arthur, c’est par ici !

lesp’tits fils de Jeanine

C’est octobre, j’ouvre le bal avec…

Pour débuter ce mois d’octobre, je vous invite à la découverte d’un quintette nommé

« les p’tits fils de Jeanine ».

Saviez-vous qu’à l’origine, ces musiciens s’appelaient le « groupe sans gain », lui aussi ?

 Sur une mélodie entraînante, accompagnés d’une balalaïka, d’une caisse-claire, d’une trompette, d’une guitare et d’un accordéon, ils nous content la société d’aujourd’hui, telle qu’on pourrait se la dire sur les marchés : voici « il est frais mon poisson » !

Belle écoute à vous !

 

Recette poireau / poivron

IMG_20190923_180808[1]

Comme promis, voici mon test culinaire à  base de poivron (suite de mon potager : deuxième) ! J’ai commencé par faire rissoler le poivron avec une échalote. Le tout mis de côté, j’ai fait de même avec du vert de poireau qu’il me restait au congélateur, avant de le mixer avec de l’huile d’olive.

Il ne me restera plus qu’à faire réchauffer le tout accompagné de bonnes pâtes !

Cette recette sera testée ce soir, je vous en dirai pus prochainement !

Mon potager en terrasse : deuxième !

Des vitamines pour mes légumes !

IMG_20190923_180808[1]
petit poivron deviendra grand  !

Ces jours-ci, j’ai récupéré du marc de café. Il parait que c’est un bon engrais naturel. Je verrai bien si cela permettra à mes aubergines et poivrons de prendre du poids !

En attendant, je vous présente mon deuxième poivron, qui vient de pointer le bout de son nez 🙂

Il faut dire que je n’ai pas tout de suite pensé à attacher mes plants de tomates-cerises, qui ont pris tellement de volume que ceux de poivrons ont été un peu trop à l’ombre.

Pour l’instant du coup, je n’en ai qu’un qui va pouvoir être bientôt dégusté, je vous ferai prochainement part d’un bon petit plat à base de ce légume gorgé de soleil !

 

La « coupe de feu » écolo et autres bonnes idées !

Courrier des bonnes nouvelles n° 6

C’est la rentrée et avec elle son lot de bonnes nouvelles apportées par Irbi ! Sur son chemin, du côté de Rouen, il a croisé un drôle de bus scolaire à ciel ouvert : S’cool bus ! Le concept ? Les enfants pédalent avec un chauffeur, par groupe de huit, sur un joli vélo coloré en forme de bus. Il a ensuite fait un tour du côté de Strasbourg, faire un petit coucou à la baleine des rivières ramasseuse de déchets. Ça ne vous rappellerait pas un dénommé Polochon ? Profitant d’un bain de soleil dans les calanques, il a entendu parler de la coupe de feu version écolo prévue en octobre prochain : avis aux amateurs fan d’Harry Potter qui souhaiteraient faire gagner leur maison favorite ! L’idée ? Ramasser les détritus dans ce bel endroit et gagner la Coupe des Déchets 

Terminons ce « courrier des bonnes nouvelles »par une note de gourmandise : en s’arrêtant picorer un croissant, Irbi a découvert la carte de fidélité zéro déchet. Dans cette boulangerie, si vous ramenez votre propre emballage, vous gagnez un tampon. Au bout d’un certain nombre, une baguette ou un croissant gratuit pour vous ! Ça donne envie de passer le mot à son boulanger préféré, non ?