Promenade et macarons

Cet été, sous le soleil, j’ai découvert les macarons de Joyeuse

Petite balade entre amis, au cours de l’été, pour découvrir la zone protégée de Blainville sur l’Eau et ses animaux étranges. Un agréable sentier à parcourir, qui mène vers un joli pont de bois, tout en traversant un bout de forêt pour arriver sur une mini plage sablée. Nous avons ensuite pris une pase casse-croûte et c’est là qu’interviennent les macarons.

Blainville sur l’eau

De son séjour en Ardèche, ma soeur me ramène ce petit paquet de douceurs que je sors pour l’occasion. Saviez-vous que l’histoire débute au XVIe siècle, lors du mariage du Duc de Joyeuse ? Il y découvre cette spécialité italienne et depuis, on les déguste aussi à Joyeuse ! Ils sont fabriqués par la maison Charaix, selon une recette authentique.

Ces petits biscuits ronds, bien différents de ceux des soeurs Macarons, n’en sont pas moins délicieux. Du sucre, des amandes, des blancs d’oeufs, des noisettes et de la farine. Rien de plus. Croustillants à souhaits, ils ont un petit goût sucré qui fait que vous en prenez un, puis un, et encore un… Tellement bons que j’en ai oublié de faire une photo !

Que faire pousser à l’automne ?

L’automne arrive, et avec lui la fin des expériences sur ma terrasse. Cet été pluvieux n’aura pas donné grand-chose. Pas grave, je continue à jouer les jardiniers en herbe quand même !

C’est au cours de mes lectures sur le jardin que j’ai découvert quelques sites de semenciers. Celui qui a retenu mon attention, c’est celui de la ferme de Ste Marthe. J’aime ces diverses rubriques. En ce moment, il donne des conseils pour réussir la culture des salades et propose la recette du beurre de potimarron. Ça a l’air bien bon !Mais surtout, on s’y retrouve facilement dans toutes les semences qu’il propose.

En gros, trois rubriques : les graines de fleurs, celles d’aromatiques et les potagères. A l’intérieur bien sûr, c’est davantage détaillé. C’est ainsi que j’ai pu découvrir les fleurs comestibles, que j’ajouterai bien dans mes futurs petits plats. La ferme de Ste Marthe donne également des conseils bien utiles lorsque l’on ne s’y connaît pas beaucoup : comment planter les graines, combien de temps leur faut-il pour pousser, quelle sera la taille de la plante une fois adulte, etc. C’est bien utile de savoir si sur sa terrasse, ça a une chance de pousser ou pas ! Alors, je me lance dans l’aventure de la graine. D’autant plus que je peux sélectionner les semis à faire à l’automne !

Au passage, je vais expérimenter quelques variétés anciennes, dont j’ignorais l’existence. Au milieu des radis, de la roquette et de la mâche, je vais tenter de faire pousser de la pomponnette, du buttercup, du riokaï et de la mibuna. Ne reste plus qu’à attendre pour voir à quoi ma terrasse ressemblera !

Des graines de la ferme Ste Marthe

Une promenade du côté de Peltre

Je vais cueillir des framboises dans les champs. Vous voulez venir avec moi ?

Dimanche dernier, nous sommes allés faire le plein de vitamines, direction la cueillette de Peltre. Pour la petite histoire, elle fait partie de Chapeau de Paille. Leur concept ? Proposer des fruits, légumes et fleurs et saison, cultivés dans le respect de la biodiversité et en privilégiant les variétés rustiques, que l’on peut venir cueillir à même les branches et dans les champs ! D’ailleurs sur place, il y a tout ce qu’il faut : couteaux, pelles et compagnie.

Equipés d’une brouette, nous voilà partis ! En passant par les aubergines et les poivrons, nous nous sommes attardés un bon moment du côté des fraises. Nous avons poursuivi la visite en longeant les pommiers, en direction des salades. Magnifiques ! Quant aux choux, ils étaient encore un peu jeunes. Qu’à cela ne tienne, avec les carottes, les haricots verts, les radis et les tomates, il restait l’embarras du choix.

Mon endroit préféré ? Il se trouve du côté de ces jolis petits fruits rouges, dont les feuilles font de délicieuses tisanes. J’en ai fait l’expérience avec le pied planté sur ma terrasse. Je ne pensais pas que ça pouvait être si haut, un framboisier ! Qu’est-ce qu’on est bien au milieu de ces petits fruits, ils sentent si bon. Je tenterai bien l’expérience d’en utiliser une partie pour faire des fuits au sirop d’ailleurs. Et voilà une brouette bien remplie, un bon bol d’air en prime !

cueillette Peltre

En passant dans le magasin pour finir son tour, on peut ajouter dans la brouette quelques petites spécialités des producteurs du coin. Vous savez quoi ? Une amie m’y a fait découvrir la pâte à tartiner au lait de chèvre. C’est juste trop bon !

Tour du monde d’initiatives positives

Pour ce tour du monde des initiatives positives, je vous emmène tout d’abord au Brésil, à la découverte de « Voz das communidades ». Crée par des habitants des favelas, c’est un journal qui parle de ce qui se passe dans leur quartier et qui met en avant les initiatives positives des habitants ! (So good n°5)

Direction ensuite la Drôme, avec ses « cailloux dans la chaussure ». C’est l’histoire de villageois qui entendent parler, un beau jour, de la création d’une carrière de roche près de leur village. Un film documentaire retrace leur parcours pour protéger leur petit bout de montagne. Une belle histoire comme je les aime !

Toujours en France, mais plus au Sud. Connaissez-vous les entrepreneurs pour la planète ? L’idée de cette association est de marier l’écologie et l’économie par le partage d’expérience, entre entrepreneurs et porteurs de projets. Ils se sont d’ailleurs investis dans Plastic Odyssée, j’y reviendrai. On continue notre voyage en Suisse ?

Là-bas, on utilise le marc de café pour en faire… des crayons ! Mais ça ne s’arrête pas là. L’aluminium des capsules sert également. C’est Clooney qui va être content 😉 Je vous laisse découvrir cette idée en vidéo !

Pour terminer, je vous propose un tour en bateau, avec Grain de Sail (So good !) et Plastic Odyssée. Concernant les premiers, ils ont choisi de mettre les voiles afin de proposer des échanges mois lourds côté empreinte écologique. Ils proposent notamment du vin et du chocolat. Pour le second, Plastic Odyssée, un tour du monde est prévu afin de lutter contre le plastique. Des machines embarquées à bord permettront de transformer les déchets plastiques en mobiler. Le mieux, c’est que les modèles pourront être reproduits et/ou réparés dans n’importe quel pays. Une jolie façon de revaloriser les déchets dans le monde !

Une visite guidée sur Nancy

La madeleine : une gourmandise sucrée, mais pas que !

Connaissez-vous La Madeleine ?  Il y a quelques mois, j’ai entendu parler de cette jeune entreprise, créée par Marine et Florent, tous deux guides-conférenciers. J’avais trouvé leur concept sympa et original. Ils proposent en effet des visites guidées, pour la plupart sur Nancy, sur des thèmes variés tels que les curiosités cachées de la ville, les expressions françaises, dans les pas de Saint Nicolas…

« La Madeleine », logo (visites guidées)

Profitant d’un weekend prolongé, j’ai emmené mon cher et tendre avec moi, en direction de la place Stanislas, afin de (re)découvrir les spécialités culinaires de la région. Par chance, le soleil a bien voulu pointer le bout de son nez pour cette matinée ! Départ donc sur cette fameuse place, pour 1h30 d’histoire culinaire. Au cours d’une promenade sur le vieux centre, à travers notamment la Grand Rue, Marine nous a parlé des gourmandises de chez nous, avec de sacrées anecdotes. Des fruits typiques au pâté lorrain, en passant par l’histoire des brasseries, il y en avait à apprendre ! Elle nous a aussi raconté l’histoire du four à pain, qui se trouvait non loin de la place St Epvre. Savez-vous où exactement ? Au cours de cette visite, j’ai également découvert la recette originelle des bouchées à la reine. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est particulière, sacrée reine !

Il y a eu bien sûr au programme les macarons et les madeleines, mais je vous laisse le plaisir d’aller écouter ce qui est raconté à ce sujet.  C’est vraiment une visite qui vaut le détour. Il y a certains endroits que je ne verrai plus de la même façon en repassant dans le quartier. J’y retournerai volontiers, pour une visite 100% chocolat cette fois-là !

Les confiseries de Vichy

Vichy est bien connu pour ses pastilles. Mais j’y ai fait d’autres découvertes !

Sur la route des vacances, nous avons fait en famille une petite halte par Vichy, histoire de découvrir cette ville thermale. Mon coin favori ? Le quartier qui longe le grand parc, à une dizaine de minutes à pied des thermes. L’architecture y est vraiment belle et vous fera voyager à travers l’histoire de la ville. Pensez à emprunter la rue de la Belgique, pour un mini tour d’Europe !

J’ai également profité de ce séjour pour jeter un œil aux spécialités locales et vous emmène à la découverte de la confiserie Moinet, qui depuis 1852 régale les papilles des plus gourmands ! Comptant parmi les plus anciennes confiseries de la ville, son savoir-faire y est transmis de générations en générations et propose des spécialités auvergnates. On y trouve bien entendu les célèbres pastilles de Vichy et leurs fameuses boîtes à carreaux, mais ce n’est pas sur elles que j’ai jeté mon dévolu. Je me suis laissée tenter par deux autres de leurs spécialités.

gourmandises Moinet

Tout d’abord, les gels de fruits, aux parfums de framboise, de citron, d’orange. Ils laissent en bouche un agréable parfum fruité et sont sucrés juste ce qu’il faut. J’ai également testé un de leurs chocolats. Le plus dur a été de choisir parmi les tablettes. Am stram gram… J’ai finalement jeté mon dévolu sur celle aux cranberries. Je trouvais le mélange original et n’ai pas été déçue ! Ce mélange sucré/acidulé, je l’ai laissé fondre sous la langue pour en profiter un peu plus longtemps.

Et vous, votre découverte gourmande de l’été ?

Mes boissons préférées pour faire pétiller l’apéro !

Un guaranito loulou pour accompagner les tacos et compagnie

Je vous propose pour commencer cet apéro de faire un petit tour au Brésil. A dire vrai, je n’y suis jamais allée. Mais si l’occasion se présente, j’irais bien dans la région Andira Marau. Là-bas, on y trouve des graines noires, rouges et blanches : les guaranas ! Une fois séchées puis cuites, elles sont réduites en poudre. Avec cela, on obtient du guaranito. Cette boisson, je l’ai découverte il y a quelques années déjà. A l’époque, et comme beaucoup l’auront sûrement fait, je l’ai comparée à ce fameux soda dont-je-ne-pronocerai-pas-le-nom. Bien meilleure, sans aucun doute. J’adore son petit goût sucré qui me fait voyager !

Retour maintenant par ici, en Lorraine, avec la limonade de Loulou ! Avec son étiquette sur fond de cahier d’écolier (et sa faute d’orthographe corrigée), elle fait retomber en enfance. Cette boisson, ce sont les brasseurs de Lorraine qui la proposent. Pa tradition, ils récupèrent le gaz de la bierre pour en faire de la limonade. Le saviez-vous ? Je l’ai découverte en faisant un tour chez « les malices de Suzette » et j’adore son côté légèrement citronné et ses bulles de gourmandises. Vous savez quoi ? Cela me fait penser à une scène dans Nanny Mc Phee, où les enfants sautent de joie au moment du pique-nique. En même temps, si les limonades de l’époque étaient aussi bonnes que celle de Loulou, il y a de quoi !

Photo de Marta Dzedyshko sur Pexels.com

Le jardinage pour paresseux

Depuis que je me suis mise à faire pousser quelques plantes sur ma terrasse, j’y prends goût. Qui l’eût cru ? Pas moi en tout cas ! Parce que même un cactus, quelques années en arrière, n’avait aucune chance de survie : je n’avais vraiment pas la main verte. Quand je vois aujourd’hui ce qui pousse sur ma terrasse, je trouve que je m’en sors plutôt bien. Ceci dit, je reste adepte du jardinage pour les paresseux. Je suis donc allée farfouiller à la médiathèque à la recherche de quelques ouvrages pour me donner des idées. Voici mes deux préférés !

Un jardin autosuffisant en 30 minutes par jour, d’O. Diez (édition Larousse)

Ce qui m’y a plu ? Découvrir autant de variétés de légumes. Pour le poivron par exemple, saviez-vous qu’il existe le Golden Belle, le Clio, le Canape, le Ludo, etc. ? Maintenant que j’ai des adresses de maraîchers en ligne, je compte bien élargir ma collection de semences. Dans cet ouvrage, ce sont des modèles en carrés qui sont proposés, l’idée étant de regrouper entre eux les légumes qui s’apprécient. Après tout, c’est là une bonne façon de jardiner, un peu, et de laisser faire la nature, beaucoup ! On y découvre également quels sont les légumes à ne surtout surtout pas mettre ensemble. Fort bien utile. Je sais maintenant pourquoi mon pied de concombre n’a pas survécu près de celui de la courgette…

Culture des fruits et légumes en pots insolites, de A. Mikolujski (édition Marabout)

Ce livre pourrait, je pense, motiver les plus récalcitrants au jardinage, tant il est original. L’idée ? Réutiliser les barquettes en aluminium du traiteur, les pots de crème, les bouteilles en plastique et compagnie pour jardiner. Une jolie faconde faire du zéro déchet, non ? L’ouvrage donne des conseils pour la plantation (plutôt semis ou plants), des techniques de cueillettes et de conservation. De pus, il fournit des idées pour faire pousser, dans ces pots insolites aussi bien des fruits que des légumes, des aromates ou encore des fleurs comestibles. A l’occasion, je testerai bien la capucine. Et ces navets, ne sont-ils pas mignons ?

L’écologie en mode chocolat, sport et compagnie

Tour du monde des initiatives positives

Aujourd’hui, je vous propose un petit tour d’horizon d’initiatives positives que j’ai repéré sur Internet.

Pour commencer, direction Grenoble. Depuis quelques jours, il est possible de se déplacer dans la ville en co-vélotage. Nommé Pony, ce vélo à assistance électrique, que l’on peut même adopter, est en libre-service et vous permet de vous déplacer en duo. Et pourquoi pas ?

Ensuite, petit tour en Albanie ! Là-bas, une scientifique, en partenariat avec la Lorraine (youpi !), s’est penchée sur l’agromine : la dépollution des sols par les plantes.Elle a notamment étudié les bienfaits de l’Alysson des murs. Cette plante jaune, pendant longtemps, a été la bête noire des agriculteurs ! Mais plus depuis que ses bienfaits ont été mis en lumière. L’Alyson, en effet, puise des métaux lourds présents dans le sol, lesquels servent par exemple pour la coloration de céramique ou comme composants de batterie. En le récupérant, c’est un coup de pouce pour l’environnement !

Je passe maintenant à une démarche écolo à l’attention des sportifs. Lancée notamment par le label vert Fair Play For Planet, l’idée est de faire intégrer les gestes éco-responsables aux amoureux du sport. Une charte a donc été mise en place, proposant dix actions pour un sport plus vert, telles que « prendre une douche le temps d’une chanson ». Ma préférée ? Oublier le jetable et le pastique à usage unique.

Je terminerai ce tour d’initiatives positives par une touche de gourmandise…avec « raconte-moi un chocolat » ! L’idée ? Recevoir chaque mois trois nouvelles tablettes de chocolat accompagnées de tous leurs secrets, issues du monde entier. Bien entendu, cette gourmandise offre une rémunération juste aux planteurs, l’entreprise travaille avec des chocolatiers qui font venir leurs fèves en voiliers, et plus encore ! Mais la cerise sur le gâteau, c’est que vous pouvez également commander à l’unité. Mes coups de cœur ? Le chocolat noir aux cœurs rouges ainsi que le « love cocoa » : un mélange chocolat et avocat. La gourmande que je suis compte bien tester cela prochainement !