Feuilles de lasagnes en duo

J’aurais également pu intituler cette recette « que faire avec deux feuilles de lasagnes ? »

duo-lasagnes.jpg

J’adore la courgette et en ce moment, j’en prends souvent à la Ruche : j’en profite, c’est la saison ! L’autre jour, j’ai eu envie de les cuisiner avec des œufs. Alors que je réfléchissais à comment m’y prendre, mes yeux sont tombés sur le paquet de lasagnes, ne contenant plus que deux feuilles. Voilà ce que j’en ai fait !

 J’ai coupé une courgette de taille moyenne en trois, puis dans le sens de la longueur comme pour des frites. Je les ai déposées dans un plat à gratin, en versant par-dessus deux œufs battus en omelette. Un peu de sel, un peu de poivre, du mélange d’épices italiennes et mes feuilles de lasagnes émiettées. Le tout est parti au four préchauffé, 25-30 minutes. Accompagné de riz, pâtes, blés, c’est un régal !

Et vous, que faites-vous quand il ne vous reste que quelques feuilles de lasagnes ?

Récup et musique

Une découverte musicale et environnementale

C’est en feuilletant le dernier numéro du magazine Kaisen que j’ai découvert l’association Talacatak.

Au cœur de ses murs, on fabrique des instruments de musique brésilienne à partir d’objets récupérés. C’est quand même une tonne de déchets par an que l’association métamorphose en musique ! Il y a les instruments de facture professionnelle, conçus par des membres de l’équipe, mais aussi des instruments réalisés par des enfants dans le cadre d’ateliers.

Tout y passe, du pot de yaourt à la capsule en métal en passant par le conduit de canalisation, et bien plus encore !

Avec l’atelier « éco-orchestre » par exemple, les enfants apprennent à jouer des instruments qu’ils ont fabriqués et développent l’improvisation !

L’un des instruments qu’ils conçoivent et qui m’épate ? C’est la kalimba, conçue à partir de chutes de bois et de balais essuie-glace. Moi qui adore ce piano à pouce, je serai bien curieuse d’en jouer 

On peut aussi y trouver des flûtes, des ukulélés, des bâtons de pluie, des cajon, des cabasa et plus encore ! Je vous invite à faire un tour sur leur site, ça donne envie de faire quelques rythmes !

Au fait, si vous passez près de chez eux, vous pouvez également leur déposer des matériaux (bois, plastiques, tissus, etc). Devinerez-vous en quels instruments ils se métamorphoseront ?

Zig Zag Zydeco Zoo !

 

C’est août, j’ouvre le bal avec…

Connaissez-vous le zydeco ? Il s’agit de musique francophone traditionnelle, qui s’inspire entre autre du rythm’N blues, originaire de la Louisiane. Si vous avez une planche à laver ainsi qu’un accordéon, vous pouvez vous lancer, c’est la base ! C’est aussi la musique préférée des Winston Band, qui en parlent dans cette chanson.

Elle donne la pêche, vous ne trouvez pas ? Dans une ambiance plus calme, j’aime beaucoup aussi l’histoire d’un amérindien. Je la présente sur la page du Claimm, le groupe avec qui je vadrouille en musique à travers le monde toute l’année, accompagnée de ma flûte traversière 

Belle écoute à vous !

La chasse aux mégots bis

Vous prendrez bien un petit verre au bord de l’eau ?

megots-contre-biere-barcelone-bar-1
source : positivr / Tibu-ron

J’ai trouvé cette initiative tellement chouette que j’ai eu envie de la partager avec vous ! Direction l’Espagne, dans un café de Barcelone : le Tibu-Ron Castelldefelds.

Là-bas, une idée sympa a été lancée pour lutter contre les mégots au bord de l’eau ou plutôt, avant qu’ils ne l’atteignent. Si vous leur ramenez un gobelet de mégots, ils vous l’échangeront contre une boisson fraiche ! Voilà une façon originale de motiver les troupes à ne pas laisser trainer ces petites bêtes 

Et vous, avez-vous entendu parler d’autres idées pour éviter que les mégots ne finissent au fond de l’eau ?

 

Mon potager en terrasse : première !

Comment j’économise l’eau

potager1.jpg

Ca y est, je me suis lancée dans l’aventure du potager ! Dire qu’il y a encore un an, même un cactus ne survivait pas avec moi 😉

Il y a deux mois donc, direction la jardinerie pour installer un lopin de terre sur ma terrasse. Au menu : tomates-cerises, poivrons, aubergines, concombres et roquette. Cette dernière n’a d’ailleurs pas fait long feu, accompagnée de maïs et d’un filet de vinaigre de fraises, quel délice !

Par ces chaleurs, je suis bien obligée de les arroser deux fois par jour, sans l’aide de la pluie il faut bien le dire. D’où l’idée d’utiliser une boite à fruits. A l’heure de la douche, le temps que l’eau soit chaude, je la glisse sous le robinet. Je pose ensuite dessus le couvercle hermétique , pour éviter que l’eau ne fasse des bulles dans le potager. Il ne me reste plus qu’à remplir l’arrosoir et à attendre que ça pousse !

Et vous, vous êtes vous lancés dans l’aventure du potager ? Quelles sont vos techniques face à la canicule ?

Le potager des Maréchaux

Détour par la rue Gourmande

salade-potager[1].jpg
Salade océane

Un petit tour au potager des Maréchaux, ça vous dit ?

Situé en plein cœur de Nancy, on y trouve des bottes en caoutchouc de toutes les couleurs, remplies de pommes, des carottes, accrochées au mur. Des tables et chaises de jardin y sont également installées, c’est un endroit coloré qui donne vraiment l’impression d’être en pleine nature, au cœur d’un potager.

Côté cuisine, de bons produits maison sont proposés, entre tartes, spécialités lorraines, salades. Ma sœur et moi nous sommes laissées tenter par l’une de leurs salades, l’océane, proposant une touche subtile de sucré avec son pamplemousse et sa vinaigrette framboise. Un délice pour les papilles !

Quant au dessert, j’ai craqué pour une farandole, je vous laisse aller découvrir laquelle !

Crème NIU : l’indispensable de l’été !

Une crème solaire locale !

creme-niu[1].jpg

Ca y est, l’été est là, c’est parti pour la vadrouille ! Qu’on aille crapahuter à la montagne, à la découverte d’une capitale ou profiter de l’air marin, nous emporterons tous dans notre sac un tube de crème solaire. Et là, je vous imagine devant le rayon, l’air perplexe, tout comme je l’étais l’an dernier encore : quelle protection solaire choisir ?

D’autant plus qu’avec ces petits tubes, l’air de rien , on déverse chaque année 25 000 tonnes de crèmes dans les océans. Quant à  ces crèmes elles-mêmes, elles ont déjà provoqué la destruction de 30 % des récifs coralliens…

Il y a quelques semaines, je lisais un article du site Positivr, parlant d’un projet de deux alsaciens, Hadrien et Corentin. Ils proposaient une crème solaire « made in Grand-Est« , aux composants naturels, s’engageant également dans le nettoyage des plages  ainsi que dans le financent  de récifs de coraux : NIU !

Aussitôt découverte, aussitôt essayée 🙂

J’ai tout de suite été conquise par son petit format, bien pratique pour l’emporter partout. Sa texture est non grasse et permet de ne pas avoir à en mettre des tonnes, elle n’est pas parfumée, bref je l’ai adoptée pour cet été !

C’est juillet, j’ouvre le bal avec…

La non-demande en mariage

Après Contrebrassens, nouveau clin d’œil à Georges, dans un style bien différent ! Laissez vous entrainer par cette « non-demande en mariage », version féminine. Avec un refrain simple qui fait des tra la la la, des cha ba da ba et des la la la la. Marjolaine Piemont nous propose « femme, mais pas d’un homme ». Au son des cuivres et des clap, voilà une chanson qui fera rejoindre sur la piste de danse tous les invités,

si les mariés osent 😉

« Viens, je te demande ta main, je t’emmène sur un chemin…. »

Belle écoute à vous !

Comment se déplacera-t-on à l’avenir ?

L’énergie de demain

agricarbur.jpg
source : wedemain.fr

Un vaste sujet, n’est-ce pas ? Reviendra-t-on à cette époque où dans tous les villages de France, un bus ou un train circulait ? Le co-voiturage aura-t-il pris bien plus d’ampleur (à ce sujet même les bus s’y mettent) ? Privilégiera-t-on pour rouler les eaux usées, le marc de raisin ou encore le tout électrique ? Reviendra-t-on à se déplacer grâce aux animaux ? D’une certaine manière, peut-être !

En Vendée, des agriculteurs se sont lancés dans l’aventure. Depuis bientôt deux ans, ils fournissent particuliers et entreprises en agricarbur. Ce carburant, composé de fumier de vaches et de truies ainsi que de déchets provenant de restaurants et d’entreprises du coin, a mine de rien de jolis avantages ! Il rejette moins de co2, de particules et permet de rouler en faisant moins de bruit. Voilà une idée pour le futur qui me plait bien 

Et vous, vous vous voyez vous déplacer comment, à l’avenir ?

Roxane

Une histoire de plume(s)

roxane
sortie ciné

Après une idée lecture, avec l’héritage d’Anna, c’est une idée ciné que je vous propose, avec Roxane : un film de poules qui gambadent dans les prés pour de bons œufs frais ! Leur particularité ? Assister, tous les matins, à une lecture de Cyrano de Bergerac.

Entre les discussions de bistrot ou encore les cours de théâtre « so british », j’ai passé un bon moment en compagnie de Raymond et de Roxane, sa poule de compagnie. Sur fond de vérité, la guerre des prix et le monde agricole, ce film émeut autant qu’il fait rire. Sans tout vous dévoiler non plus, j’ai bien aimé ce petit clin d’œil fait aux consom’acteurs à la fin du film ! Et vous ?